mercredi, Nov 22nd

Vous êtes ici : Ouzbekistan Prisonniers politiques Ouzbékistan: disparition du défenseur des droits de l’homme Nouraddin Djoumaniïazov, incarcéré depuis mars 2014

Ouzbékistan: disparition du défenseur des droits de l’homme Nouraddin Djoumaniïazov, incarcéré depuis mars 2014

nuraddin site
L’avocate du défenseur des droits de l’homme Nouraddin Djoumaniïazov, incarcéré depuis plus d’un an, n’a pu recevoir aucune information sur le lieu de détention actuel de son client. Elle est dans l’impossibilité de lui rendre visite, alors même qu’elle en a reçu l’autorisation, le 20 avril 2015.
Leur dernière rencontre date de mars 2014, lorsqu’eut lieu son procès. Nouraddin Djoumaniïazov avait alors demandé à son avocate de l’aider à se procurer des médicaments, et lui avait confié être très sérieusement malade. Ses proches ne le soutenant d’aucune manière, le défenseur des droits de l’homme est dans une très grande solitude. 
Souffrant de diabète, il était en très mauvais état de santé en octobre 2014, et a été admis au centre hospitalier pénitentiaire (УЯ 64/18) de Tachkent. Depuis lors, aucune information sur sa situation n’a été transmise. 
 
Nouraddin Reimberguenovicth DJOUMANIÏAZOV est né le 8 octobre 1948 à Tourtkoul dans la république autonome socialiste soviétique du Karakalpakstan. Il est citoyen d’Ouzbékistan. Il a deux enfants. 
 
Depuis 2003, il travaille au Centre de défense des droits de l’homme “Mazloum” dont il est l’un des fondateurs. En 2012, il participe à la création de l’Union des professeurs indépendants en soutien aux migrants du travail, et prend la tête de la section de Tachkent.
 
En janvier 2014, il est accusé de “trafic d’êtres humains” sur la base de l’article 135, paragraphe 3, alinéa “G” du Code pénal d’Ouzbékistan, tout comme son collègue, l’activiste des droits de l’homme Fakhriddin Tillaïev.
 
Le 6 mars 2014, le tribunal pénal du district de Shaïkhantaour de la ville de Tachkent a condamné Nouraddin Djoumaniïazov à huit ans et neuf ans mois d’incarécaration. Fakhriddine Tillaïev a quant à lui été condamné à purger une peine de dix ans et huit mois.
 
Le verdict a été confirmé en appel, alors même que la défense avait apporté les preuves que les droits de Nouraddin Djoumaniïazov et de Fakhriddine Tillaïev avaient été bafoués. 
 
Un fond caritatif a récemment apporté de l’aide à Nouraddin Djoumaniïazov en lui fournissant des médicaments et de la nourriture.  Son avocate avait voulu rencontrer son client à ce propos et recevoir son accord pour rédiger une demande de remise en liberté pour raison de santé. 
 
L’Association des Droits de l’homme en Asie centrale est extrêmement inquiète face à l’impossibilité pour l’avocate de Nouraddin Djoumaniïazov de lui rendre visite et d’obtenir de ses nouvelles. Le défenseur des droits de l’homme est depuis longtemps malade et vit actuellement dans des conditions qui altèrent gravement sa santé. Nous craignons que les conséquences en soient très graves.
L’Association des droits de l’homme en Asie centrale a adressé un rapport sur le cas de Nouraddin Djoumaniïazov au groupe de travail des Nations unies sur les disparitions forcées, au Rapporteur spécial sur la torture, et au Rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits de l’homme. 
Pour plus d’information, lire les précédents communiqués de l’Association des Droits de l’homme en Asie centrale à ce sujet:
— “Ouzbékistan : le défenseur des droits de l’homme Nouraddin Djoumaniïazov a été hospitalisé”, 14 octobre 2014;
 “Ouzbékistan : la Cour suprême confirme la condamnation de Nouraddin Djoumaniïazov et de Fakhriddine Tillaïev”,  14 octobre 2014;
— “Ouzbékistan : les condamnations de Nouraddin Djoumaniïazov et de Fakhriddine Tillaïev confirmées en appel”, 21 avril 2014; 
 “Ouzbékistan : deux défenseurs des droits de l’homme condmanés à huit ans et trois mois de prison”, 6 mars 2014; 
— “Ouzbékistan : Fakhriddine Tillaïev menacé de purger une longue peine d’incarcération”, 14 février 2014.